sacrees paroles  qui sommes nous  lectures reflexions  contact  facebook

Joseph dans la tradition musulmane

« Joseph/Yusuf dans l’écriture musulmane » 

A travers cette présentation nous allons essayer de cerner la place qu’occupe  Joseph/Yusuf dans le texte coranique et la tradition musulmane.

1 Joseph/Yusuf : Le sens d’une vie, de …la vie

A Une sourate du Coran porte le nom de Joseph/Yusuf : la sourate n° 12.

La sourate Joseph, n° 12 dans le classement du texte coranique, a cette particularité d’être  entièrement consacrée à « l’histoire de Joseph », le déroulement chronologique et narratif y est « complet » et ne se répète pas. Sourate « révélée » à la Mecque (pré-Hégire), elle est la  53 ème sourate dans l’ordre chronologique présumée (sauf les versets 1,2, 3 et 7) et contient 111 versets.

Si Joseph est le personnage « central » de cette sourate, on peut noter que c’est Dieu lui-même qui en devient le personnage « principal », car c’est Lui qui « sait » comment les événements vont se dérouler (versets 6, 19, 34, 50, 76, 77 et 100). Il communique un peu de son savoir à certains (versets 6, 68, 86 et 96), ce qui permet au père de Joseph de garder l’espoir et à Joseph «d’interpréter les événements » (versets 6, 21 et 101) et de déchiffrer les songes de ses codétenus et de Pharaon. Mais la plupart des gens ne « savent » pas et sont entraînés par la vie dans des aventures dont le sens leur échappe (versets 15, 21, 40, 44 et 81).

Les exégètes vont discerner en filigrane la figure du prophète Muhammad lui-même, derrière la figure de Joseph (période pré-Hégire). Le verset 22 : « Quand il (Joseph/Muhammad ?) eut atteint la pleine force de l’âge, Nous lui avons accordé jugement et science. C’est ainsi que Nous rétribuons ceux qui se comportent avec excellence » est commenté ainsi par TABARI (839-923) : Dieu dit ici à Muhammad : de même que j’ai fait cela pour Joseph-après ce qu’il a enduré à cause de ses frères, après les épreuves qu’il a subies, je lui ai remis le pouvoir sur la terre et j’ai dégagé la voie pour lui dans le pays-, ainsi ferai-je pour toi : je te sauverai de tes compatriotes polythéistes qui te sont hostiles, je te remettrai le pouvoir sur la terre et je te donnerai l’autorité et la connaissance. Car c’est ainsi que Je récompense ceux qui observent bien mes « ordres » et mes « limites/interdits ».    

La tradition va célébrer la « noblesse » de Joseph, fils, petit-fils et arrière-petit-fils de prophètes et lui-même prophète, en insistant sur « sa beauté » qui dépassait tout ce qu’on pouvait imaginer. L’intérêt va se porter sur celle qui a voulu le « séduire » (versets 23-34), l’épouse de son maître égyptien. On va lui attribuer le nom de « Zulaykha ». Devant le roi, elle avait fini par innocenter Joseph (verset 51). Plus tard, devenue veuve, elle serait tombée dans la misère et avait perdu la vue alors que Joseph poursuivait son « ascension » sociale. Finalement, elle le retrouvera et il lui rendit sa jeunesse, sa beauté et sa vue, et elle l’épousa après s’être « convertie à l’islam/à l’adoration du Dieu unique » etc….L’histoire de Joseph va devenir une source d’inspiration pour les poètes, les conteurs, qui en la dramatisant et/ou en l’embellissant vont susciter l’émotion du public. (de nombreux romans poétiques ont été consacrés à l’histoire de Joseph, en particulier dans la littérature persane avec les célèbres FIRDAWSI (940- 1020) et DJAMI (1414-1492).     

B Canevas de la sourate :

  • Dieu : on doit s’en remettre à Lui, car on risque de « s’égarer » et devenir la proie de ses passions « avilissantes », versets 24, 28, 58, 64 et 67.
  • L’Homme : porté par son penchant à faire le mal peut céder à ses « passions » qui peuvent le conduire jusqu’au « crime ». Son Salut dépend de sa droiture, versets 8, 11, 31-32, 58 et 83.
  • Conflit permanent opposant « la sagesse » aux « passions avilissantes » : en particulier le désir perfide, la jalousie, la haine, la vengeance. En s’en remettant à la « grâce » de Dieu, on ne succombe pas aux « tentations », versets 1-2, 8-32, et 108. Joseph, victime d’un complot, vendu à vil prix, poursuivi par la « passion » d’une « femme égarée et déchaînée », résiste, préférant même les rigueurs de la prison à « l’esclavage moral », versets 8-56.
  • La confiance en Dieu : Jacob, dont la confiance est trahie, ne désespère pas de la justice et de la bonté divine. Malgré la douleur, la méchanceté et les moqueries de ses semblables, de ses fils, il demeure fidèle à ses convictions, constant dans son espérance. Son enfant « préféré », Joseph, victime de la jalousie de ses frères, est finalement retrouvé, vivant en EGYPTE où il est « puissant ». Il l’y rejoint ainsi que tous les siens et le « bonheur » de sa famille se réalise, versets 61-101.
  • Un enseignement pour la vie : La vie d’ici-bas avec ses passions, ses embûches, ses tentations et ses drames est « illusoire » et « éphémère » et la vie « future» est préférable pour ceux qui portent la foi. Cependant, la sagesse divine aidant, l’Homme peut triompher de « tout ». Cette sagesse est inséparable de Sa clémence. Le sens d’une « vraie libération » serait de s’en remettre à Dieu, de refuser d’être l’esclave de ses « passions avilissantes », d’assurer par la mise en pratique, sa responsabilité de vivre ici et maintenant, de faire triompher la vie.
  • Le Coran s’adresse à l’humanité : le Coran invite les Hommes, chez qui la « raison » devrait l’emporter sur les « passions » et les instincts dégradants, à adorer le Seul et vrai Dieu unique (leitmotiv des prophètes et messagers), à pratiquer les vertus et à exécrer le « mal ».
  • L’histoire de Joseph : C’est l’histoire de tous les Hommes, notamment ceux qui ont foi en Dieu et s’en remettent à Lui : la persécution, les douleurs, les tentations, l’espérance en Dieu, la persévérance dans la foi et les épreuves, conditions du Salut ici-bas et dans l’au-delà, versets 1-2, 48-50, 57 et 102-111.       

2 Dimensions essentielles :

A L’amour et ses épreuves

« Le plus beau des récits » :

Les premiers versets 1-7 plantent le décor : « Alif, Lam, Ra. Voilà les Signes de l’Ecriture explicite. Vraiment. Nous l’avons fait descendre dans l’instant en tant que Qur’an arabe. Puissiez-vous faire le lien! Nous te relatons le plus beau des récits grâce à ce Qur’an que Nous t’inspirons, même si avant tu étais parmi les inattentifs. Lors, Joseph dit à son père : Ô mon père! Vraiment, moi j’ai vu onze étoiles, et le soleil, et la lune, je les ai vus se prosterner devant moi. » Il dit : « Mon cher fils! Ne relate pas ta vision à tes frères, ils useraient alors d’artifice à ton égard ». Vraiment, Satan est pour l’être humain un ennemi explicite! Et c’est ainsi que ton Enseigneur te choisira et te fera connaître la signification originelle des réalités à venir, et parachèvera Sa faveur sur toi et sur la famille de Jacob, de la manière dont Il l’a parachevée sur tes deux pères Abraham et Isaac. Vraiment, ton Enseigneur, Savant et Sage ! Il s’est certes trouvé en Joseph et ses frères des Signes pour ceux qui interrogent. »   

Les dimensions fondamentales de la relation d’amour sont présentes dans l’histoire de Joseph :

 Première dimension : la relation d’amour filial entre le père et le fils.

 Deuxième dimension : la relation d’amour fraternel entre les frères.

 Troisième dimension : la relation d’amour entre un homme et une femme.

Joseph va vivre un parcours, une initiation, le parcours d’un fils de prophète qui va vivre, d’épreuve en épreuve, le fait de devenir lui-même un envoyé. Depuis le début, ceci est su, entre lui et son père il y a une communication de coeur. L’histoire de Joseph, c’est l’histoire d’un coeur à l’épreuve, d’une foi à l’épreuve et d’une initiation par l’épreuve. Joseph se rapproche de Dieu par les épreuves auxquelles il fait face.

Versets 7 à 14 : 1/ Un sentiment d’amour blessé : « Joseph et son frère sont plus aimés par notre père que nous », verset 8

2/ L’épreuve : Il dit : « Cela m’attriste que vous l’emmeniez.» verset 13.

Versets 15 à 22 : 3/ Le soutien dans l’épreuve : Joseph est jeté dans le puits, Dieu le met ainsi à l’épreuve. Joseph va suivre un parcours : il est arraché à son père, à sa terre et se retrouve dans un puits. A ce moment-là, il a une révélation, une inspiration : « Nous lui avons alors révélé : « Oui, tu leur diras plus tard ce qu’ils ont fait alors que maintenant ils n’en ont pas conscience », verset 15.

4/ La psychologie du mensonge :

Il dit : « Cela m’attriste que vous l’emmeniez ; je crains que le loup ne le dévore au moment où vous ne ferez pas attention à lui », verset 13. Cette parole de Jacob n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Ils dirent : « ô notre père, nous étions partis pour jouer à la course, nous avions laissé Joseph auprès de nos affaires ; le loup l’a dévoré... », verset 14..

5/ Le rappel de Dieu : Dans cette dimension, les frères s’oublient et la première attitude du père c’est de se rappeler. Leur père dit : « Votre imagination vous a suggéré cela en vous faisant croire que votre action était bonne. Belle patience ! (belle endurance, belle persévérance) C’est à Dieu qu’il faut demander secours contre ce que vous racontez ! », verset 18

6/ Vivre l’exil, témoigner de sa foi et faire face à ses responsabilités :

Versets 23 à 29 : 7/ Savoir maîtriser cette attirance naturelle : La femme de celui qui l’avait reçu dans sa maison s’éprit de lui. Elle ferma les portes et dit : « Me voici à toi », verset 23

8/ La spiritualité… avant le devoir : Il dit : « Que Dieu me protège !. » verset 23. La première attitude de Joseph correspond exactement à celle de son père : le premier être cher auprès duquel il va chercher la protection, c’est Dieu. Il revient à Dieu et ce n’est qu’ensuite qu’il pense à son devoir : « Mon maître m’a fait un excellent accueil. » Et ensuite, il voit l’injustice : «Mais les injustes ne sont pas heureux » verset 23

9/ Le signe : « Elle pensait certainement à lui, elle se serait donné à lui et il se serait donné à elle (il se serait épris : aller dans son sens, s’incliner de coeur et sans doute de corps vers elle), s’il n’avait pas vu la claire manifestation de son Seigneur. Nous avons ainsi écarté de lui le mal et l’abomination. Il fut au nombre de Nos serviteurs sincère » verset 24. Le texte coranique ne précise pas cette « claire manifestation de son Seigneur », selon les exégètes, Joseph aurait eu un Signe évident, probant (burhan) par la vision/l’apparition de son père qui le rappela à « l’ordre » et/ou une voix qui l’arracha à la tentation.

Versets 30 à 33 : 10/ La maîtrise du naturel : La femme de l’intendant a voulu tromper son mari, elle lui a menti, elle a continué à vouloir cet homme au point qu’à la fin, elle fait preuve d’orgueil et dit : « S’il ne fait pas ce que je lui ordonne, il sera mis en prison et il se retrouvera parmi les diminués (les misérables). » Quant à Joseph, il a pensé à Dieu, à son devoir et il termine par exprimer la notion suivante que l’on peut aujourd’hui formuler ainsi : « Dieu, si tu ne me protège pas, je vais tomber ». Joseph dit : « ô mon seigneur, la prison me semble préférable au péché qu’elles m’incitent à commettre. Mais si tu ne détournes pas de moi leur ruse, j’y céderai et je serai au nombre de ceux qui ne savent pas ».

B Le rêve : Une dimension essentielle de la « révélation/inspiration », selon un hadith, il « compte » pour 1/47ème de la révélation.

C Le rapport au pouvoir : Joseph accède au « pouvoir » de par ses qualités « morales » et ses compétences acquises tout le long de son éducation auprès de ses pères, biologique et d’adoption  donc en EGYPTE. Cela est essentiel dans la compréhension de l’acquisition des savoirs, des techniques, des connaissances, etc…Les réformistes musulmans contemporains vont beaucoup assister sur  cette dimension, notamment suite à la campagne d’EGYPTE de BONAPARTE avec la mission de RIFAI qui écrira : « L’or de Paris». L’Emir Abdelkader aussi, il sera un partisan du canal de suez, en financera une partie, il parlera « d’isthme/barzakh », rencontre de l’orient et de l’occident…On notera l’ouvrage fondamental d’Ali ABDERAZAK, « L’islam et les fondements du pouvoir » paru en 1925, ouvrage qui démontrera que le gouvernement par le « califat » (abolit en 1924 par ATTATURK) n’est en rien « religieux » et qu’il appartient aux Hommes de se gouverner.

D L’âme et ses 3 états :  L’âme qui « incite au mal » Coran 12/53, l’âme « qui blâme» Coran 75/2 et l’âme « apaisée, en confiance en Dieu » Coran 89/27-28

E Le pardon mutuel : versets 92-95

F la réconciliation   :      versets 96-103

G Les enseignements : versets 104-111

A travers l’histoire de Joseph, chacun peut s’y retrouver à un moment ou un autre et méditer dessus…

Groupe Abraham Duchère

C/o Foyer protestant de la Duchère
309 Av A. Sakharov
69009 LYON
FRANCE

04 78 35 30 66
info@groupe-abraham-duchere.fr

Mentions légales

Back to Top