sacrees paroles  qui sommes nous  lectures reflexions  contact  facebook

MEDITATIONS DU MATIN DE PAQUES

1er avril 2018

 

Le Groupe Abraham, les communautés chrétiennes de la Duchère, la compagnie de danse Hallet Eghayan ont fêté Paques, Pessah...le passage...isra oua miraj...achoura...

Voici les textes et méditations qui ont été entendus lors de cette célébration.

 

P1100688

Hafid Sekhri, Christian Bouzy, Daniel Olivier

 

Pasteur Christian Bouzy

Sœurs et frères en humanité,

Vous êtes les bienvenus en ce matin de Pâques.

Que chacun et chacune se sache accueilli.

Accueilli tel qu’il est avec son histoire, ses convictions, ses doutes !

Nous sommes différents les uns des autres et pourtant réunis par une même soif de paroles,

de rencontres et d’espérance,

et désireux de trouver un nouvel élan pour nos vies et pour le monde.

Quelques consignes :     entre vos mains, le déroulement de cette célébration où se conjugueront danse, textes et chants venus de différentes traditions

Pour rester recueillis, je vous propose de réserver vos applaudissements pour la fin. N’oubliez pas de rallumer vos portables à la fin

En ce matin de Pâques, un jour nouveau se lève sur nos vies

Nos corps engourdis de sommeil se redressent et se mettent en mouvement

Nos esprits émergent des limbes de la nuit pour s’élancer vers plus de liberté.

Pâques, mes amis, cela signifie, dans chacune de nos traditions le passage, le saut, …., le bond en avant…le voyage

Pâques c’est une promesse qui retentit, un appel au-devant, une main qui se tend.

Lorsque nous sommes empêtrés dans l’inertie des découragements,

Lorsque nos cœurs se figent dans la peur,

Une parole jaillit, claire et belle comme un soleil

Lorsque nous tournons en rond dans nos regrets et nos échecs, lorsque nous ressassons rancune et amertume,

Une voix nous appelle à sortir et à  nous ouvrir à l’autre

Lorsque nous nous rigidifions dans nos habitudes, et nous condamnons à l’immobilité,

Une voix nous invite à la danse…..

 Charlotte

 Charlotte de la Cie Hallet Eghayan

 

 

 

MEDITATIONS

Cette année la fête juive de « Pessah » tombe en même temps que la Pâques chrétienne.

Heureuse coïncidence qui m’amène à apporter mon témoignage ici sur ce que Pâques représente pour le monde juif et à m’associer à votre joie.

En effet pour la tradition juive cette nuit de Pâques est aussi appelée «  la fête de notre liberté, Hag Haroutenou ».

Avant cette nuit salvatrice nous étions esclave en Egypte. Qu’est-ce à dire ?

L’esclavage, c’est la dépossession du corps et du temps. Pour l’esclave il n’y a ni passé ni avenir. Qu’un temps présent, obsédant, celui de la faim, de la douleur et des coups, celui de la survie immédiate. Terrible réminiscence d’un temps pas si lointain. Cette nuit, notre liberté !

Mais cette nuit là, la dernière, la mort rôde, cherchant ses victimes. Chacun est replié dans le fragile abri de son foyer, la ceinture aux reins, le bâton à la main et les sandales aux pieds. Pour seul protection,  le sang de l’alliance, sur le fronton des portes. Nuit redoutable dont-il est dit : «  Il y aura dans tout le pays d’Egypte un grand cri comme il n’y en a jamais eu et comme il n’y en aura plus de semblable. »

Mais, dès l’aube, les portes s’ouvrent sur la liberté et le vide du désert. Combien de tribulations avant que ne se réalise le vœu qui clôt la célébration : «  L’année prochaine à Jérusalem, Chana ava leJérusalem ! ».

Mais ne sommes-nous pas toujours en chemin et notre Egypte n’est pas si loin ! Son limon colle encore à nos semelles. Combien de nos frères ne sont-ils pas réduits à un quotidien angoissant, arrachés à leur passé sans perspectives d’avenir ?

Ne sommes-nous pas, nous-mêmes, bien que nantis, trop nantis, libéré des idoles de l’Egypte ? Sommes-nous prêt à affronter le vide libérateur du désert ? « La liberté, ça ne se donne pas, elle se conquière » dit-on. Somme-nous préparés à cette conquête ? Et comment serions-nous libre si un seul de nos frères reste enchainé ? Rude responsabilité que celle de la fraternité !

Mais en ce matin de Pâques, au soleil levant de ce jour tout neuf, nous sommes ensembles pour assembler nos forces et joindre nos mains dans une danse fraternelle. Elle témoigne de notre espérance dans un monde messianique à venir comme l’annonçait le prophète Isaïe : un monde libéré enfin de la servitude de l’Egypte.

Daniel Olivier

 ---------------------------------

 

Où es-tu ma mère ?

Jésus sur la croix a-t-il appelé sa mère ?

Je ne sais pas… J’aime à le croire …

quand la souffrance et l’angoisse sont là, que l’on soit petit ou grand

c’est sa maman qu’on appelle !

Au pied de la croix, Marie était là. On lit dans la passion selon saint Jean:

« Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine.  

Jésus voyant sa mère … »,

voyant sa mère… derniers regards entre la mère et le fils, derniers regards chargés de détresse.

Comme il est loin le jour où la mère a échangé son premier regard avec son enfant,

Premier regard chargé de tendresse.

Naissance, mort, passage d’une rive à l’autre …

entre-deux s’écoule une vie d’homme.

La vie du fils de l’Homme.

Naissance, premier passage, passage inaugural,

Jésus, toi qui était auprès de Dieu, tu n’as pas craint de prendre chair dans le corps d’une femme.

Comme pour chacun d’entre nous, ton premier souffle a été un cri, le cri du vivant.

En venant « habiter parmi nous ».

Tu t’es inscrit dans notre temps, dans notre histoire,

Tu t’es inscrit dans notre finitude pour nous ouvrir à l’infini, à l’infini de Dieu.

De Nazareth à Jérusalem et au-delà, tu es passé de villes en villes,

Tu n’as eu de cesse de proclamer l’amour infini de Dieu pour l’homme.

Tu n’as eu de cesse de montrer l’amour infini de Dieu pour l’homme en accueillant les petits, en guérissant les malades, en pardonnant aux pécheurs …

Tu es allé au bout de cette finitude pour libérer l’humanité captive.

Dans un dernier souffle, dans un dernier cri, tu as remis ton esprit entre les mains du Père

La mort, ultime passage, ne t’as pas englouti.

L’amour infini de Dieu a roulé la pierre du tombeau.

L’amour infini de Dieu t’a relevé, ressuscité !

Saint Jean raconte que « Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine s’est rendu au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres »... (Jean 20,1)

Le tombeau est vide, elle cherche désespérée ton corps !

Quand tu l’appelles par son nom, c’est un bouleversement, un retournement …

Elle passe du désespoir à l’espoir, serait-ce vraiment toi ?

Elle voudrait te toucher, elle n’ose y croire …

Ne me retiens pas lui dis-tu …

Tu as encore un passage à faire : monter vers le Père.

Tu l’envoies dire à ses frères : « je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu »

Tu es vivant, tu es le Vivant, en toi tout est possible !

Tu nous ouvres un infini de possible !

En ce premier jour de la semaine,

il est temps de quitter nos tombeaux,

il est temps de sortir du sommeil de la nuit,

les ténèbres et l’ombre de la mort ne nous écraseront pas,

laissons-nous conduire au chemin de la paix,

la nuit devient lumière autour de nous,

la ténèbre n’est point ténèbre devant toi…

Catherine Cicéron

 ----------------------------

 

Salutations fraternelles et « matinales » !

Pâques, passage des ténèbres à la lumière, de la mort à la vie, lien avec la Pâque juive qui commémore la sortie d’EGYPTE en est de même pour les musulmans à travers un jeûne, le jeûne de « Achoura ». Le 10ème jour du mois de Muharram, 1er mois du calendrier musulman.

1 Parole de Dieu, parole de vie !

«Ô vous qui portez la foi, répondez à l’appel de Dieu et du prophète lorsque celui-ci vous convie à ce qui vous fait vivre ! Et sachez que Dieu s’interpose entre l’Homme et son cœur et que c’est devant Lui que vous serez tous rassemblés. » Coran 8/24

2 Un service d’adoration !

« Nul Dieu adoré sinon Dieu », « Ton Enseigneur a décrété que vous n’adoriez que Lui » Coran 17/23

« Je n’ai crée…les Humains que pour qu’ils m’Adorent » Coran 51/56. L’adoration comme but ultime de la création du genre Humain. « Alors, sache qu’il n’y a nul dieu adoré sinon Dieu ! » Coran 47/19

«Vraiment, nous sommes à Dieu et vraiment jusqu'à Lui nous revenons! » Coran 2/156  

« Et adore ton Enseigneur jusqu’à ce que te vienne la certitude » coran 16/99. La certitude est souvent interprétée comme étant le moment de la mort.

Hâdith prophétique (dit du prophète) sur la promesse de la vision divine, du visage divin,  à travers la parabole de la vision  lunaire, de la vision de la lune.

Hâdith « divin », (c’est Dieu qui parle à travers la bouche de Son prophète, à distinguer du Coran) sur l’amour mutuel entre Dieu et Son serviteur, ne laisser la place qu’au Divin. Arriver à l’extinction en Dieu (al’fana). « …Mon serviteur ne cesse de Me servir jusqu’à ce que Je l’aime et Je deviens la vue avec laquelle il voit, l’ouïe avec laquelle il entend, le pied avec lequel il marche, la main avec laquelle il prend.. » 

3 La Lumière, devenons lumière !

Verset de la Lumière : « Dieu est la Lumière des cieux et de la terre. Sa Lumière est semblable à une niche dans laquelle se trouve une lampe. La lampe est dans un vase de cristal. Ce vase ressemble à un astre à l’éclat de perle qui est allumé à partir d’un Arbre béni : un Olivier ni oriental, ni occidental, dont l’huile est sur le point de s’allumer sans qu’un feu ne la touche. Lumière sur Lumière Dieu guide en vue de Sa Lumière qui Il veut. » Coran 24/35

Hâdith prophétique qui rapporte une invocation : « Ô mon Dieu ! Mets dans mon cœur une Lumière, dans mon ouïe une Lumière, dans ma vue une Lumière, à ma droite une Lumière, à ma gauche une Lumière, devant-moi une Lumière, derrière-moi une Lumière, au-dessus de moi une Lumière, en dessous une Lumière, fais-moi Lumière. »

Dieu est la Lumière, Il nous envois des lumières à travers les cycles des « descentes » (des révélations), des prophètes et des pieux. Ainsi chacun de nous est appelé à être une lumière !      

4 Le Messie Jésus Fils de Marie : le sceau de la sainteté !

Jésus Fils de Marie tient une place éminente au sein de l’islam et donc pour les musulmans. Signe pour l’Humanité, il est considéré comme le sceau de la sainteté. Une sourate entière porte le nom de Marie (sourate 19) et de nombreux passages coraniques et de hadiths font mention de Marie, de sa famille, la famille d’Imran et de Jésus Fils se Marie, Verbe et Esprit de Dieu.

Récit de l’annonciation : « Et évoque Marie dans l’Ecriture, lorsqu’elle s’isola en un lieu oriental/illuminé. Elle se munit d’un voile à l’écart d’eux. Alors Nous lui envoyâmes Notre Esprit qui, pour elle, prit l’apparence d’une forme humaine parfaitement harmonieuse…….Il dit : « vraiment je suis seulement le messager de ton Enseigneur afin de te faire don par pure grâce d’un adolescent d’une grande pureté ! »……Il dit (le messager) : « c’est ainsi pour toi! Ton Enseigneur a dit : « Cela est aisé pour Moi et afin que nous fassions de lui (Jésus) un Signe pour les humains et un amour rayonnant issu de Nous. » Coran 19/16-21

«Les anges dirent  « Ô Marie! Dieu t’annonce la bonne nouvelle d’un Verbe émanant de Lui : son nom est le Messie, Jésus le Fils de Marie, illustre en ce monde et dans la vie future. Il est au nombre des rapprochés. » Coran 3/45-47.

Le Fils de Marie : « Celui-ci dit : « Je suis, en vérité, le serviteur de Dieu. Il m’a donné le livre, il a fait de moi un prophète, il m’a béni où que je sois. Il m’a recommandé la prière et l’aumône, tant que je vivrai, et la bonté envers ma mère. Il ne m’a fait ni violent, ni malheureux. Que la pais soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai, le jour où je serai ressuscité! Celui-ci est Jésus le Fils de Marie. Parole de Vérité dont ils doutent encore.» Coran 19/30-34

« Vraiment, ce qu’est le Messie Jésus Fils de Marie : le messager de Dieu et Son verbe qu’Il a projeté jusqu’à Marie et Esprit procédant de Lui. » Coran 4/171

Les miracles : «Je (Jésus) suis venu à vous avec un Signe de votre Enseigneur : je vais, pour vous, créer d’argile comme une forme d’oiseau. Je souffle en lui et il est « oiseau », avec la permission de Dieu. Je guéris l’aveugle et le lépreux, je ressuscite les morts, avec la permission de Dieu……Il ya vraiment là un Signe pour vous, si vous êtes croyants…..Dieu est en vérité mon Enseigneur et votre Enseigneur. Servez-le, c’est là le chemin de la droiture !» Coran 3/48-52

Le récit de l’ascension : Jésus Fils de Marie n’est pas mort comme meurt tout être Humain, il a été « élevé ». « Dieu dit : « Ô Jésus ! Je vais, en vérité, te rappeler à Moi, t’élever à Moi, te délivrer des incrédules.  Je vais placer ceux qui t’ont suivi au-dessus des incrédules, jusqu’au jour de la Résurrection. ….Votre retour se fera alors vers Moi, Je jugerai entre vous et trancherai vos différends. » Coran 3/53-55

Le retour : retour de Jésus Fils de Marie en juge équitable comme l’indique ces Hâdiths prophétique  « L’Heure dernière ne viendra pas tant que Jésus Fils de Marie ne descendra parmi vous en juge équitable », « Attendez Jésus Fils de Marie et préparez-vous pour le recevoir avec une bonne foi et une bonne conduite. Il n’y a que lui qui soit désigné pour venir à bout de l’antéchrist à la fin des temps. C’est à son retour que le monde se purifiera et que chacun prendra le chemin de la droiture. Lorsque Jésus Fils de Marie reviendra il trouvera des « musulmans » (au sens de l’état d’être, de s’en remettre en confiance à Dieu, de se livrer à Dieu) pour le recevoir ».      

3 moments essentiels marquent le « passage » pour les musulmans, prenons-les dans l’ordre chronologique.

5 : Al isra oua al miraj : « Le voyage nocturne et l’ascension ». Evénement évoqué dans la sourate Isra 17/1 : « Gloire à Celui qui fit voyager de nuit Son serviteur de la mosquée sacrée à la mosquée la plus éloignée dont Nous avons béni les alentours, afin de lui faire découvrir certains de Nos signes ! Dieu est l’Audient, le Clairvoyant ».  

En 620 à la Mecque, le prophète vient de perdre sa chère épouse Khadija et son cher oncle Abu talib, année dénommé par les hagiographes : « année de la tristesse ». Alors que le prophète s’est assoupi vers la kaaba, il est réveillé par Gabriel qui l’emmène en voyage, un voyage « extraordinaire » : ils partent de la Mecque pour Jérusalem (AL ISRA) où ils rencontrent les prophètes et prièrent ensemble. Ensuite ils furent élevés à travers les cieux auprès de Dieu « moment extatique unique » d’où le prophète recevra les prières quotidiennes et un verset qui fixera les éléments du crédo des musulmans : « L’envoyé a cru ainsi que les croyants, en ce qui lui a été révélé de la part de son Seigneur. Tous ont cru en Dieu, en ses anges, en ses livres et en ses envoyés. Nous ne faisons aucune distinction entre ses envoyés. Ils disent : « Nous avons entendu et nous nous remettons en confiance, accorde-nous Ton pardon, Toi notre Seigneur, c’est certes vers Toi que s’accomplit  l’ultime retour » Coran 2/285.

Ce récit laissera sceptique nombre de personnes, y compris parmi les compagnons, les moqueries, les rires et les critiques ne manquèrent pas ! A l’exception notoire de Abu bakr qui y apportera une confiance indéfectible, depuis ce jour il sera surnommé « abu bakr al siddik » abu bakr le véridique !

6 : HEGIRE : Hijra vers l’exil, « passage » de la Mecque à Médine (450 km), « libération » des persécutions des mecquois, en 622, événement et date si fondatrice que les musulmans y feront débuter leur calendrier 1/04/18 = 15 Rajab 1439. Le prophète s’est exilé en dernier de la Mecque avec son fidèle compagnon Abu Bakr, il sera accueilli par les médinois par un chant qui deviendra célèbre : « Tala abadrou alayna », la pleine lune s’est levée sur nous !

7 : Le jeûne de « Achoura » : commémoration de la libération d’EGYPTE, de Moïse et de son peuple, jeûne institué à Médine, après l’HEGIRE.

Le prophétique  nous invite à vivre l’expérience de la Résurrection : « Mourrez avant de mourir ! »

A travers nos textes, nous voyons combien sont fortes nos similitudes, au-delà de nos singularités.

A travers nos chemins et expériences spirituels, nous voyons par compte combien nous sommes proches ! Joyeuses fêtes de Pâques à vous !

Je vous invite à une méditation autour des « Noms de Dieu » à travers un chant psalmodié inspirant

Hafid SEKHRI

 -----------------------------------------

BENEDICTION 

 

La Paix soit avec vous, murmure le Vivant au matin de Pâques

Ainsi nous sommes appelés à rester éveillés, à surveiller par où la lumière pourrait se faufiler.

Faire de chaque jour une victoire sur la somnolence, un dépassement de l’indifférence.

Se porter au-devant de ce qui survient, de Celui qui vient.

Nous sommes donnés à plus  grand que nous,

confiés à une haute tendresse qui redresse la confiance et ranime l’espérance !

Christian Bouzy

 

 

 

Groupe Abraham Duchère

C/o Foyer protestant de la Duchère
309 Av A. Sakharov
69009 LYON
FRANCE

04 78 35 30 66
info@groupe-abraham-duchere.fr

Mentions légales

Back to Top